Chaudières biomasse

Chaudières biomasse

Les chaudières à biomasse, encore un nouveau concept ? Pas tout à fait. La biomasse représente tous les combustibles d’origine végétale : dérivés du bois (granulés, copeaux, sciure) ainsi que d’autres résidus végétaux (paille, coquilles de fruits secs, poussière de céréales).

 
Chaudières biomasse

Les avantages de la chaudière à biomasse

Le premier avantage est avant tout le faible coût du combustible. Ensuite, ce sont des chaudières classiques ou à condensation, ces dernières étant encore plus économiques, dans tous les cas, des modèles à prix abordable. Résultat : un investissement modéré pour une efficacité plus que satisfaisante, et un coût annuel limité.


Sur le plan environnemental, aucune culture n’est pratiquée dans le but précis de fournir du combustible, puisque la biomasse est élaborée à partir de déchets et résidus, qui de toutes façons n’auraient pas eu d’autre utilité. Les seules opérations nécessaires sont la compression pour les granulés, et le séchage pour tous les types de biocombustible, afin d’éliminer au maximum l’humidité et garantir un meilleur rendement et peu de fumée résiduelle.


L’idéal est bien sûr d’habiter non loin d’une zone de “production”, afin que les bénéfices économiques et écologiques ne soient pas annulés par les frais de transport et l’essence nécessaire pour l’effectuer.


A titre comparatif, il faut compter entre 2 et 2,5 tonnes de biocombustible pour obtenir l’équivalent en chaleur de 1000 litres de fioul, pour un prix moyen 30 % moins élevé. Sans oublier que si le prix du bois et de ses dérivés reste stable, il n’en va pas de même de celui du gaz ou du fioul.



Quelques conseils

Pour un usage optimisé, il est préférable de choisir une chaudière utilisant des combustibles différents, pour une plus grande souplesse d’utilisation.


De même, l’installation d’un réservoir tampon est recommandée : c’est un ballon qui stocke la vapeur dégagée par la combustion sous forme d’eau chaude, et prendra le relais une fois que la réserve de combustible aura été entièrement brûlée en restituant la chaleur accumulée. Ainsi, on recharge moins souvent le réservoir à combustible, on limite les phases de ralentissement et on préserve la durée de vie de la chaudière.



Les tarifs

Certes, le coût de ces différentes installations est supérieur à celui d’une chaudière à gaz ou au fioul : entre 3000 et 25 000 euros pour la chaudière elle-même, entre 5000 et 3500 euros pour le ballon, sans compter le silo de stockage (entre 3000 et 5000 euros, équivalent au prix d’une cuve à fioul).


Enfin, ces chaudières sont éligibles au crédit d’impôt, à une hauteur de 22 % pour un premier achat, 36 % si l’appareil remplace un autre appareil de chauffage similaire, et 8 % de bonus dans le cadre d’un bouquet de travaux. Il ne vous reste plus qu’à faire vos calculs !




Demandez vos devis Chaudière gratuits en 1 minute !